Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique

Bienvenue en Fédération d'Armara !
Cette micronation francophone est membre de l'Archipel du Micromonde. Le background se base sur les Etats-Unis. Vous pouvez y incarner un ou plusieurs personnages. Inscrivez-vous pour vivre le rêve armaréen !

Plus d'inscriptions possibles, une fusion entre Armara et Pirée est iminente... ce forum sera ensuite fermé mais restera toutefois consultable pour les archives ou le site internet.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique » Mallington DF - Capitale Fédérale » Lieux de Mallington DF » Bibliothèque Fédérale "Mary Harmann" » CV » Paul ROND (biographie)

Paul ROND (biographie)

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Paul ROND (biographie) le Ven 27 Sep 2013 - 16:50

Invité


Invité
Paul Alexandre Urbain Louis ROND est né le 7 janvier 1936 à Tobana dans le Romitois d'une famille issue des premiers migrants, ceux qui naviguèrent avec Chabot en 1782.
Le père de Paul, Urbain ROND (1909-1945), était électricien et mourut électrocuté en 1945. Sa veuve, Alexandrine LOUIS (1911-2005), se remaria en 1947 avec Gareth SCHLASS (1907-1951), un conducteur de locomotives alcoolique et violent. Le jeune Paul fut choqué par cette déchéance humaine et en conçut une sainte horreur de l'alcool. Sa mère, brave femme, était lessiveuse et dut être stricte pour deux. Paul quitta l'école très tôt, à 12 ans,  pour travailler et aider sa mère : il fut tour à tour mineur, groom et organisateur de combats de coqs clandestins.
L'incendie, lors de l'assaut défensif d'Oeil-de-Boeuf, de sa ville natale en 1951, où mourut son parâtre, ivre mort lors du départ du feu, et la fuite en Vermilia, furent un traumatisme pour l'adolescent. Il fut alors bûcheron pour aider à rebâtir la ville, ce qui lui donna l'occasion de se muscler. Deux fois, l'armée refusa qu'il s'engage, à cause de sa jeunesse et du fait qu'il était considéré comme "soutien de famille", ayant un frère et deux soeurs (Urbain ROND Junior, né en 1937, Catherine ROND, née en 1940, et Louisette ROND, née en 1942). Enfin, à 19 ans, il put s'enrôler, son frère Urbain pouvant le remplacer.

Il fut fantassin sur le Mont-Michel sous les ordres du général McKindor et prit part à la libération de Mallington puis de Mallas. Remarqué pour sa bravoure, il fut fait caporal à cette occasion, après avoir reçu sa 3e blessure. Il fut blessé également lors du débarquement manqué de Palm Habor, en 1956, et ne dut sa survie qu'à un aviateur-clinique, le président Pitt ayant interdit l'usage militaire de l'aviation. Il se prit alors de passion pour l'aviation, d'autant que les 5 blessures reçues le tenaient éloigné du terrain, et passa le diplôme de pilote en juin 1957, dans le but de servir dans l'infirmerie. Il reçut encore six blessures, pendant la guérilla forestière, en secourant des soldats : il passa ainsi sergent-secouriste.
L'assassinat du président Pitt, en 1958, et l'accession au pouvoir du général Gaazdsen, qui autorisa l'utilisation de l'aviation, donnèrent à sa carrière une dimension nouvelle. ROND dut lutter contre les maquisards du Mont-Michel et non plus contre les confédérés. C'est ainsi qu'en 1960, il écrasa son avions contre la montagne et lui dedans. Il fut sauvé juste avant l'explosion, et resta hors du front six mois. Il y retourna dès 1961, et perdit une nouvelle fois son avion. En sautant en parachute, il fut capturé par les mutins et resta deux mois dans une prison souterraine, affamé, avant de s'évader avec les trois autres prisonniers. Cet acte lui valut le grade de lieutenant, et il continua de lutter contre les maquisards jusque 1967, la trêve-Jackson ayant suspendu les hostilités avec les confédérés. Son frère Urbain, mobilisé le plus tard possible à cause de son statut et de la bravoure fraternelle, servit sous ses ordres comme parachutiste, et fut tué au combat sous ses yeux en 1966, deux mois après son mariage avec Huguette de Saint-André, la fille de son capitaine.
Après 1967, Paul fut renvoyé sur le front confédéré jusque 1973, date à laquelle, ayant reçu 17 blessures et engendré trois enfants, Alexandrine (née en 1969), Urbain et Edouard (jumeaux nés en 1973), il fut fait major et mis dans les bureaux comme coordonnateur de l'action militaire et de la formation. Il quitta l'armée officiellement en 1977, lassé de la guerre et désireux de profiter de sa famille.

Il débuta alors sa deuxième carrière : il fut cascadeur dans les films de Jimmy BLACK, et remarqué pour son talent et son charisme, il fut progressivement intégré aux scénarii comme personnage à partir de 1980, ne recevant que des rôles de figurant disant trois phrases, puis après 1982 il devint second-rôle, et quitta les films d'actions qui lui rappelaient trop de mauvais souvenirs, pour les comédies, où il jouait les bons pères de famille un peu niais, notamment dans le rôle de Michel PIGNON. Il reçut son premier rôle principal en 1987, dans "La ruée vers l'or", enchaîna les succès jusque 1992, date où l'échec retentissant de "La vie d'Adélie" lui fit annoncer la fin de sa carrière d'acteur de cinéma.
Il étonna la critique en devenant, à partir de 1993, le magicien "Moz" de la série télévisée "Abracadacouac", et annonça à la fin de la série en 1999, la fin de sa carrière d'acteur.

Ayant mis quelque argent de côté, il s'essaya à la production et lança des réalisateurs comme Adam MENARD ou Thibaut JUICE.
Il entra en politique en 2006, à 70 ans, au parti républicain de Robert MOORE, et fut élu représentant républicain à compter de ce temps.
Sous l'empire, il se tint à l'écart de la politique, s'estimant, à 75 ans, trop vieux pour continuer. Mais après d'être ennuyé en retraite et avide de "jouer un rôle", il retourna au PR refondé par Paul GRISHAM, et retourna au Conseil Fédéral.
Il a été élu en septembre 2013 président de ce parti.

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum