Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique

Bienvenue en Fédération d'Armara !
Cette micronation francophone est membre de l'Archipel du Micromonde. Le background se base sur les Etats-Unis. Vous pouvez y incarner un ou plusieurs personnages. Inscrivez-vous pour vivre le rêve armaréen !

Plus d'inscriptions possibles, une fusion entre Armara et Pirée est iminente... ce forum sera ensuite fermé mais restera toutefois consultable pour les archives ou le site internet.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique » Comté de Syldavie du Sud » Ville de Pest » [Aout 2013] Meeting de l'UPA - Syldavie et agriculture

[Aout 2013] Meeting de l'UPA - Syldavie et agriculture

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Invité


Invité
PEST - SYLDAVIE DU SUD
03/08/2013 - 21 heures.


Second meeting pour Dean, qui prenait ensuite un avion pour le Continent Nord. Un timing serré qui ne l'empêcha pas de prendre un bain de foule dans le stade où le meeting était organisé. Tant pis, il dormirait moins cette nuit. Il se prêta au jeu du serrage de main, bien qu'il n'en soit pas coutumier alors que le clip d'introduction s'enclencha sur les écrans géants.



Sous une ovation nourrie, Dean se hissa sur l'estrade non sans difficulté car son épaule gauche le faisait souffrir. Il tâcha de ne rien en montrer et il fallait être un fin observateur pour le remarquer. Les cris et les chants d'encouragement ne se firent pas attendre. Le succès des deux précédents meetings avait ramené encore plus de monde.

Chers patriotes, bonsoir !

Avant toute chose, je me dois de féliciter le pâtissier qui nous a proposé ses Gourmandises de Pest ! Je pense que je vais en prendre une caisse pleine pour chez moi.

Je n'aurais pas pu espérer mieux comme introduction d'ailleurs à mon discours. Alors merci Monsieur !

Après les rires, les applaudissements prirent le relais. Quand un groupe cria "Horton, on t'aime !", Dean répondit au tac au tac un "Moi aussi !". Cela provoqua de vives acclamations et des sifflets d'approbation. Le Président reprit :

Vous voyez, c'est pour ce genre de spécialités, au goût si raffiné et à la présentation si noble que j'ai initié un plan de structuration agricole et économique pour la Syldavie du Sud. Soyons logiques. Cet état est sans doute celui qui dispose des meilleurs atouts agricoles de la Fédération. Les terres sont fertiles, le climat est propice à de bonnes récoltes et les connaissances ici, en matière gastronomique sont énormes. J'ai discuté tout à l'heure avec un fermier, qui m'a expliqué de quelle façon il nourrissait ses vaches pour qu'elles donnent un lait de qualité au goût raffiné bien que le plus naturel possible. C'est tout un art, tout une façon de faire. L'agriculture sud-syldave est maîtrisée. Seulement, le principal problème aujourd'hui, c'est qu'elle n'est pas exploitée, ni mise en avant. Or, il y a là un potentiel énorme. Notre pays s'est toujours montré indépendant vis à vis du micromonde. Cette indépendance, elle n'est pas innée, il faut la conquérir, l'obtenir et surtout l'entretenir. C'est un combat qui doit se faire au quotidien. La question est de savoir comment. Nous avons initié les choses au sein du Gouvernement et du Conseil Fédéral. Le projet va prévoir des réformes globales et un plan d'action sur la Syldavie du Sud. Je veux faire de cet état, le berceau de l'agriculture armaréenne. Les autres états ne seront pas oubliés mais comme le plan va surtout aider les agriculteurs et que ces derniers sont en Syldavie du Sud, c'est eux qui vont en profiter en priorité. A ce titre, j'en profite pour rassurer les autres Etats, des plans similaires seront appliqués pour les aider également, mais chaque chose à la fois.

Ce premier objectif sera rempli via une série de mesures, dont la plus importante est la création d'un projet historique, je parle du Label Armaréen de Qualité. Nous commencerons par l'agriculture, puis nous l'étendrons aux autres secteurs, à l'industrie, ainsi qu'aux services, selon son succès. Quelle est l'idée ? Il s'agit de promouvoir les produits issus du terroir, de notre pays, ceux qui ont été fabriqués ou obtenus grâce à la main d'oeuvre armaréenne et qui ont été faits dans de bonnes conditions de travail, avec de bons matériaux et dans un respect profond de l'environnement. Un organisme totalement indépendant sera chargé de labellisé les produits et de les contrôler. Ensuite, comme cela va fonctionner sur vos étals ? Ces produits seront mis en avant. Les prix seront maintenus au plus bas, sans majoration de marge et avec une équitable redistribution des profits entre les fabricants et les distributeurs. Le Label Armaréen de Qualité permettra aux entreprises de bénéficier de réduction d'impôts pour récompenser les efforts fournis. Moins chers, meilleurs et sûrs. Ce sera le ressenti global lorsque vous aurez ces produits sous les yeux. La culture de nos fruits et nos légumes, l'élevage de notre bétail ou de nos poissons et crustacés se fera avec un souci maximum de respect de l'environnement. Je suis un fidèle partisan de l'élevage en plein air. La différence de goût entre un poulet élevé en ferme ouverte et un poulet dans un box d'abattage est incontestable. Pouvons-nous accepter de sacrifier le goût et le confort des animaux au titre de la rentabilité et en ayant connaissance des dangers potentiels que cela peut représenter pour l'Homme ? Je le refuse et je mènerais un combat perpétuel contre ce recours à la facilité.

Après les rires, les applaudissements prirent le relais. Quand un groupe cria "Horton, on t'aime !", Dean répondit au tac au tac un "Moi aussi !". Cela provoqua de vives acclamations et des sifflets d'approbation. Le Président reprit :

Nous envisageons d'interdire les pesticides. Il n'existe pas un parasite, un insecte ou une maladie qui n'ait pas de réponse naturelle. Vous avez des pucerons ? Plutôt que de gazer vos plantations, utilisez des coccinelles. Elles remplissent leur rôle à merveille. Comprenez que l'utilisation de pesticides, ou d'insecticides est nuisible non seulement à la santé mais aussi à l'équilibre environnemental. Et ça, les apiculteurs que j'ai pu rencontrer vous le diront. Dieu nous a donné à tous les éléments nécessaires pour vivre en respectant chaque espèce qu'il avait créé. C'est un engagement de l'UPA, de lutter contre la destruction des écosystèmes. Avoir une agriculture bio, c'est vendeur, c'est intéressant mais il faut qu'il y ait aussi des efforts quand aux cultures. La technologie évolue vite et nous devons nous adapter. Il y aura une modernisation globalisée du système d'irrigation. Nous privilégierons les forages et les récupérateurs d'eau de pluie. Nous lancerons également une modernisation des appareils agricoles, des tracteurs, des machines permettant de faciliter le travail. Il faut faire attention d'ailleurs à ce phénomène là. La mécanisation est un progrès lorsqu'elle ne supprime pas d'emploi. L'Etat Fédéral doit y veiller. Et à côté de ça, nous devons aussi nous occuper du transport, de sorte que lui aussi soit écologique et économique. Le transport de gros est la meilleure des solutions. Augmenter la quantité transportée va faire diminuer le prix, c'est mathématique. Et c'est là qu'interviendront les fameuses coopératives, de véritables soutiens aux agriculteurs et éleveurs. Ferroutage, transport maritime, tout sera fait pour garantir la conservation des aliments et leur arrivée rapide sur les marchés.

Ce ne sera pas tout. Nous créerons une Caisse Fédérale dédiée à l'indemnisation des agriculteurs en cas d'aléaq climatiques. Une tempête, des pluies torrentielles, de la sècheresse ? L'Etat Fédéral sera là, aux côté de ceux qui sont dans le besoin. Le travail de la terre c'est comme la politique. C'est un travail ingrat. Les efforts fournis peuvent être balayés comme un château de cartes par un évènement, par d'autres. Vous savez ce que l'on dit, n'est-ce pas ? Que les visionnaires sont toujours les utopistes de leurs contemporains. Face à l'adversité, nous voulons que tout le monde se redresse, ça arrive de mettre un genou à terre, l'important c'est de se relever et de continuer. Nous serons la main tendue sur laquelle vous prendrez appui. En nous plaçant en soutien à l'agriculture, nous faisons le pari que l'organisation, l'accompagnement et la planification sont des piliers d'une économie saine et productive. Un pari gagnant qui rapportera à tout le monde et qui consolidera les fondations de notre Fédération !

Il reprit après une salve d'applaudissements.

Ce bloc économique sera inaltérable, il affrontera la compétitivité étrangère sans sourciller et sans trembler. Mais gardons-nous d'ouvrir des pans de notre économie aux investisseurs avant d'avoir mis en place les rouages de la réussite. Gardons-nous de tout libéralisme inconsidéré et de toute mondialisation. Pour l'heure, la priorité, et je le réaffirme devant vous aujourd'hui, c'est de poser les bases. Ensuite, nous bâtirons l'édifice et ses annexes !

Tout à l'heure, je vous ai dit qu'il y avait deux objectifs. Je viens de vous expliquer le premier et son principe. Le second objectif sera de faire de la Syldavie du Sud une vivier agricole pour l'ensemble du Continent Sud. Nos produits seront réputés pour leur qualité, pour leur engagement vis à vis de ce patriotisme économique qui m'est si cher. Et les surplus que nous aurons serons vendus à nos voisins, pour compléter leurs propres productions. Ces relations commerciales seront placées sous contrôle d'une Haute Autorité qui se chargera de vérifier que tout est bien légal et transparent. Armara s'ouvre doucement au monde économique, avec la plus grande prudence. On m'a reproché bien trop souvent cette prudence, en me disant que nous n'en avions pas besoin. Je dis tout le contraire, je dis que nous devons avancer petit à petit et en tenant compte à la fois de notre contexte économique et de nos garde-fous. L'économie n'est pas un jeu de poker. On ne peut librement jouer avec des milliers d'emplois avec le pouvoir d'achat des citoyens ou avec l'argent des contribuables. Tout doit être calculé et analysé avant la moindre action. Et je suis au regret de dire à mes détracteurs que cette politique sage et éclairée fonctionne, qu'elle est un symbole fort de mon mandat. Continuons-la !

Une nouvelle ovation monta, mais il préféra poursuivre, en parlant plus fort dans le micro.

J'ai foi en Dieu autant que j'ai foi en mon pays et en ses habitants. Le programme que nous proposons est le seul à même de favoriser une transition juste et équitable. Votre soutien sera notre plus grande force. Construisons l'avenir d'Armara, ensemble !

Vive l'Union Fédérale, vive Armara,
Et que Dieu vous bénisse, toutes et tous !

L'ovation continua de plus belle. Tellement bien que l'on entendit cinq bonnes minutes pour lancer l'hymne national.

Invité


Invité
Paul Rond, dissimulé dans la foule où il s'était glissé quand il avait su quel serait le thème du meeting, hurla dans un porte voix :

Quel culot ! Quand je pense qu'il a exigé une commission parlementaire pour ce sujet soulevé par le PR et qui depuis est au point mort !

Mais déjà, la foule s'était emparée de lui et il dut subir quelques poussées violentes et un coup de poing dans le thorax qui lui laissa le souffle coupé. Heureusement, la sécurité arriva vite et mis fin aux débordements.

Invité


Invité
Ironisant sur les évènements de la veille, Dean ne se priva pas de quelques mots.

Je suis ravi de voir que les meetings de l'UPA font venir des gens comme Sir Paul Rond. Et je tenais également à condamner les quelques réponses musclées qu'il a pu recevoir hier soir. La liberté d'expression nous est chère, même lorsque c'est dans le cas d'un mensonge honteux et d'une déformation de la réalité. Car oui, Sir Rond n'est pas honnête. Il affirme avoir déposé une proposition en faveur du secteur agricole, ce qui est faux. Le projet déposé par les républicains, en plus d'être incomplet, n'apporte aucune valeur ajoutée, il se contente d'organiser vulgairement deux trois détails. Avant que les Républicains ne déposent ce projet, le Gouvernement Fédéral travaillait déjà sur un plan concernant l'agriculture, je peux le prouver, j'ai les enregistrements. Visiblement, nous avons eu la même idée à la même période, et nous devrions nous en réjouir. Or, Sir Rond fait encore preuve de la plus parfaite des mauvaises fois vis à vis du Gouvernement. Nous avons fourni les grand axes que j'avais exposé en Conseil des Ministres par l'intermédiaire de Sir Grisham. Les explications fournies sont complètes, elles fixent un cap profitable à la Sud-Syldavie et à l'ensemble du pays. En guise de réponse, le parti républicain nous a gâté d'un "Oui, je crois que ça prend la bonne direction."... Très bien... si ça prend la bonne direction c'est parfait... Cela étant, le but d'une commission est de travailler main dans la main. Si le Parti Républicain croit que tout va venir du Gouvernement Fédéral, autant dissoudre cette commission, rejeter le projet de loi incomplet des républicains, ce qui ne serait pas une première, et attendre que le plan complet du Gouvernement soit déposé, ce qui, vu l'ampleur des travaux à mener va prendre du temps. Hélas pour la Syldavie du Sud et pour notre pays, le monde politique est visiblement privé d'ambition et de gens sérieux tant dans le camp républicain que dans le camp démocrate. J'ai l'espoir que les électeurs s'en souviennent dans l'isoloir et se donnent les moyens de changer les choses.

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum