Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique

Bienvenue en Fédération d'Armara !
Cette micronation francophone est membre de l'Archipel du Micromonde. Le background se base sur les Etats-Unis. Vous pouvez y incarner un ou plusieurs personnages. Inscrivez-vous pour vivre le rêve armaréen !

Plus d'inscriptions possibles, une fusion entre Armara et Pirée est iminente... ce forum sera ensuite fermé mais restera toutefois consultable pour les archives ou le site internet.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique » Mallington DF - Capitale Fédérale » Lieux de Mallington DF » Bibliothèque Fédérale "Mary Harmann" » CV » Dean K. Horton (Biographie)

Dean K. Horton (Biographie)

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Dean K. Horton (Biographie) le Dim 19 Mai 2013 - 23:05

Invité


Invité
Dean Kyle Horton est né le 21 décembre 1983 dans la ville de Larédo, située dans l'état de Missina.

Ancien militaire, il a été le 3ème Président de l'Union Fédérale d'Armara.

I/ Jeunesse :
Né dans un quartier modeste de la ville de Larédo, il est le fils unique du célèbre médecin-chercheur Teresa Horton, qui découvrit les fondamentaux de la médecine génomique, entre autres. Son père, Bill Horton, était quant à lui Lieutenant de police. Il est mort quand son fils était âgé de cinq ans, assassiné alors qu'il venait de mettre un baron de la drogue sous les verrous.

Son enfance fut donc marquée par ce décès. Après de longues années scolaires durant lesquelles il montra une vivacité d'esprit impressionnante, il décida de s'engager dans l'armée de terre, à l'âge de 16 ans.


II/ Carrière militaire :
"Aussi déterminé qu'il est patriote. Et sans doute aussi comique qu'il est sensible...". Ce fut par ses termes que le Général Connors le qualifia à l'occasion de sa fin de carrière, dans une lettre écrite à l'Empereur Jonas.

Horton marqua les esprits dès son arrivée dans l'armée. Pourtant jeune, il se montrait discipliné, rigoureux et profondément insensible à l'amusement. Son intégration fut compliquée tant il avait du mal à rire ou à parler avec les autres.

Mais il fit ses preuves par les entraînements et gagna le respect par son courage et sa détermination. Il gravit les échelons avec facilité mais refusa néanmoins de rester au camp à donner des ordres. "Il aimait aller sur le terrain, se battre lui-même. Il nous donnait les ordres, on agissait en conséquence. C'est quelqu'un d'intransigeant qui ne tolère pas l'échec, alors on faisait très attention", raconte le Sergent Hawkins, fils du célèbre politique et soldat du 3ème Régiment d'Infanterie commandé par Horton.

Lorsque la guerre contre les oumouyens commença, Horton était un des premiers à partir sur les lieux avec son régiment. Les combats furent intenses, l'armée dut faire face à la barbarie des forces oumouyennes. Sur le terrain, Horton établit des stratégies risquées mais fructueuses ce qui permit à son régiment de progresser rapidement sur le territoire sud-syldave et de libérer des points clefs.

Lors de l'attaque de Dooma, son régiment a été pris dans une embuscade. Alan Briton relate : "Nous étions cernés et en mauvaise posture. Il nous avait dit que les ordres du jour étaient d'aller au casse-pipe. Mais nous n'avions pas le choix et il le savait. Il eut tout juste le temps d'établir une stratégie avant que le combat ne commence. C'était horrible, il y avait des explosions partout, nous ne savions plus de quel côté était l'ennemi. Horton nous a ordonné de nous mettre à couvert, ce que nous avons fait. Il nous a partagé en deux, pour faire ciseaux. Ca a été payant, nous avons réussi à prendre l'ennemi à son propre piège. Je l'ai entendu me dire attention, il m'a poussé violemment sur le côté. J'ai entendu trois coups de feu. Le temps que je réalise, il était allongé sur le sol. Nous étions les seuls à ne pas avoir de gilet pare-balles parce que la cargaison n'était pas arrivée complète. Il m'a sauvé la vie mais il avait pris trois balles pour ça...".

Conduit en urgence au centre médical le plus proche, Horton fut opéré. La première balle avait ricoché sur une côte, lui fracturant l'os au passage. La seconde se logeant profondément dans son épaule et la troisième lui traversa la poitrine au niveau de l'omoplate. Il en réchappa de justesse mais après 13 ans de succès dans sa carrière militaire, ses blessures graves le contraignirent à renoncer. Considérant sa dispense médicale comme un échec personnel, il refusa la remise d'une médaille et sa pension d'ancien combattant.


II/ Carrière politique :
De retour au pays, Horton fut repéré par l'Empereur Hubert Jonas qui fit appel à son esprit vif et volontaire pour entamer une carrière politique.

III/ Position politique et religieuse :
Dès son plus jeune âge, Horton manifeste un grand intérêt et un respect profond pour la religion de son père : le luthérianisme réformé.

A mesure qu'il grandit il se démarqua des autres jeunes en prônant une politique moraliste et profondément conservatrice. Un point de vue qui l'écarte de nombreux de ses camarades et l'isole sur le plan des idées.

Au sein de l'armée, si la règle est de rester politiquement neutre, Horton approfondit sa vision idéologique. Dans sa pensée, l'Etat Fédéral doit occuper une place forte grâce à un chef élu et omnipotent. Prônant un pouvoir exécutif particulièrement renforcé et une économie protectionniste, il aspire également à ce que le patriotisme soit la bas centrale de la société.

"Quand Melgan a été élu, Horton nous a dit, d'un air laconique, presque sentencieux : Préparez-vous à la reconversion. Tout le monde savait qu'il n'était pas allé voter parce que Melgan était candidat unique à cette élection. Et pendant toute la campagne, il n'avait cessé de répéter avec une telle certitude qu'il arrivait à nous convaincre : Les gens vont élire un démocrate aujourd'hui mais ce sera la seule et unique fois. Quand ils comprendront que leurs idées sont complètement à côté de la plaque et dangereuses pour la société, ils reviendront aux fondamentaux.", raconte le Sergent Hawkins. Et d'ajouter : "Il n'a jamais su cacher ce qu'il pensait même après que Melgan ait été élu et ce même s'il prenait le risque de sanctions".

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum