Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique

Bienvenue en Fédération d'Armara !
Cette micronation francophone est membre de l'Archipel du Micromonde. Le background se base sur les Etats-Unis. Vous pouvez y incarner un ou plusieurs personnages. Inscrivez-vous pour vivre le rêve armaréen !

Plus d'inscriptions possibles, une fusion entre Armara et Pirée est iminente... ce forum sera ensuite fermé mais restera toutefois consultable pour les archives ou le site internet.

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Union Fédérale d'Armara - Forum RPG Politique » Comté de Syldavie du Sud » Ville de Pest » Campagne gouvernatoriale (Novembre 2014)

Campagne gouvernatoriale (Novembre 2014)

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Campagne gouvernatoriale (Novembre 2014) le Mer 19 Nov 2014 - 23:41

Invité


Invité

Ethan était ce qu'on pouvait appeler un novice en politique. Son diplôme d'ingénieur en poche, il avait travaillé à travers le micromonde pour de nombreuses entreprises dans le domaine informatique. Victoria, son épouse, depuis plus de dix ans déjà, avait décidé de l'épauler pour cette campagne et pour sa carrière politique. Ethan n'avait pas l'habitude d'être exposé, mais il pouvait compter sur ses amis au sein du Parti Républicain pour l'aider. Et puis il apprendrait vite, il savait s'adapter. Il se présenta aux habitants de Pest au naturel, souriant, curieux... tellement bien qu'il arriva avec près d'une heure de retard à son meeting... A trop discuter avec les gens, il en avait oublié que les minutes défilaient. Il reçut malgré tout un accueil mitigé. Peu de gens le connaissaient, et en plus il n'était pas ponctuel. Beaucoup d'habitants gardaient le malheureux souvenir de la gestion Jerk/Rond... catastrophique. Ethan reprenait un parti en ruines, vacillant, que n'importe quel adversaire pourrait écraser s'il le voulait. Il commença par présenter ses excuses et, conscient qu'il n'était pas l'Orateur du siècle, il proposa aux gens d'intervenir. Timides au début, les spectateurs n'hésitèrent pas à se succéder et à poser des questions concrètes auxquelles l'aîné Clayton répondit avec rigueur, tout en restant assez familier avec les gens. Ainsi il put expliquer les raisons qui l'avaient poussé à se lancer en politique, le sentiment qu'Armara avait perdu en crédibilité face à Prya, au Krassland ou au Valdisky, en partie en cause de l'Empire, quitte à fâcher Jake. Après tout ils n'étaient pas d'accord sur tout. Il concéda que tout n'était pas bon à jeter mais qu'il fallait un vrai leadership au pays, des décisions fortes. Son discours, sincère, car contrairement à d'autres politiciens, il y croyait, fut libéral sur l'économie. Il n'hésita pas à parler de privatisations généralisées, de faciliter l'accès à la propriété, à l'investissement et à l'innovation. Se basant sur les dernières avancées en Syldavie du Sud, il détailla les pistes qu'il envisageait : mettre en place de véritables politiques touristiques avec la Francovie, lancer des travaux d'aménagement pour faciliter le transport, la vie quotidienne. Et sur le plan fédéral, il s'aventura à parler d'un état désengagé, qui cesse de tout contrôler pour offrir des opportunités au peuple. Evidemment, le public demanda des précisions, s'offusqua même par moments de la teneur du débat, des propositions finalement très à droite du candidat à la succession de Robert Moore. Le regretté père d'Armara fut maintes fois évoqué, pour le courage de ses décisions, pour sa volonté de prôner l'investissement personnel et non l'assistanat. Ethan y alla de son coeur pour parler du devoir de mémoire et de dynamisme. Il en évoqua son expérience personnelle, ses difficultés scolaires, liées au fait qu'il était surdoué, ce bridage longtemps entretenu par les écoles, ses parents, qui pensaient bien faire. Il avait du se battre pour avancer, pour s'extirper vers le haut. Il évoqua sa femme et ses enfants, avec une lueur d'amour dans ses yeux azurs, esquissant un sourire ravi d'avoir réussi mais sans être arrogant. Le meeting se termina très tard, parce qu'il ne cessait de s'intéresser aux gens. A la fin, les applaudissements furent chaleureux, bruyants. Dans les coulisses, les pontes républicains vinrent lui faire leurs félicitations. Ethan remercia les militants, puis accorda une attention particulière à serrer les mains des gens au dehors. La presse locale ne tarda pas à l'interpeller :

- Monsieur Clayton, nous avons interrogé quelques personnes, elles disent qu'elles ne sont pas vraiment d'accord avec vous, même si elles vous trouvent pertinent.

- Mon but n'est pas de convaincre. Je souhaitais faire passer un message. Ce soir, ce n'était pas un meeting républicain, il y avait une belle représentation de notre société, des ouvriers craignant pour leur emploi, des retraités, craignant pour leurs pensions, des mères célibataires inquiètes de ne pas pouvoir élever correctement leur enfant, des patrons espérant qu'on ne les vole pas de leurs possessions. C'était très intéressant, chacun avait son mot à dire et a pu s'exprimer. Dans l'ensemble, j'estime que ma mission est accompli. Je n'ai aucune diplôme politique, j'essaie de parler avec les gens, de comprendre ce qui les tourmente. J'essaie de leur donner espoir en l'avenir, pour qu'ils aient confiance, pas en moi mais en eux. Je suis intimement persuadé que c'est la base de tout de croire en ses chances. C'est le secret de la réussite.

- Votre position tranche avec celle de vos prédécesseurs. On dit le Parti Républicain moribond, pensez-vous pouvoir le relever ?

- Bien sûr ! Je vais y consacrer mon énergie ! J'ai toujours été profondément républicain, vous savez. De voir le parti en lambeaux et en ruines, ça m'a révolté... j'avais l'impression qu'on essayait de raser ma maison au bulldozer. Je ne veux pas revivre ça, je pense à toutes celles et ceux qui se sont sentis orphelins, qui ne croyaient plus dans le parti et son avenir. C'est terrible quand vous avez un coeur militant de faire face à ce type de situation. Ce ne sera pas simple, rien n'est jamais simple. J'aurais besoin de la volonté des gens, de leur soutien que ça soit à la présidence du parti ou au poste de Gouverneur de la Syldavie du Sud.


Ethan fut interpellé par un de ses chargés de communication et il salua donc les journalistes. Il se rendit dans la salle de réunion pour écouter le debrief de cette première. Une réussite selon eux. Ethan prononça quelques mots pour encourager ses troupes puis il rejoignit Victoria. Le couple s'éclipsa en voiture vers leur appartement. Les enfants étaient chez une amie, ce qui leur permit de pouvoir respirer un peu et en profiter. La prestation d'Ethan avait visiblement plu à sa compagne.

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum