Union Fédérale d'Armara -
Forum RPG Politique

Bienvenue en Fédération d'Armara !
Cette micronation francophone est membre de l'Archipel du Micromonde. Le background se base sur les Etats-Unis. Vous pouvez y incarner un ou plusieurs personnages. Inscrivez-vous pour vivre le rêve armaréen !


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Union Fédérale d'Armara -
Forum RPG Politique
 » Mallington DF - Capitale Fédérale » Cour Suprême (Judiciaire) » Candidature au poste de Juge de la Cour Suprême

Candidature au poste de Juge de la Cour Suprême

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Sam D. Güth

avatar
Personnage secondaire
Monsieur le Président Grisham,

Je suis disponible depuis quelques temps, mais je dispose d'une riche expérience et d'une certaine énergie qui me pousse à me mettre au service de mon pays.
Je manifeste donc ici mon désir de siéger à vos côtés, comme je l'ai fait autrefois dans cette institution.
En espérant que cette candidature soit retenue,
Je vous assure, Monsieur le Président, de mon plus sincère dévouement à la justice et à la légalité constitutionnelle,
Veuillez agréer mes salutations chaleureuses,

Samuel Duncan Güth

Paul Grisham

avatar
Personnage principal
Monsieur Güth,

C'est avec grand plaisir que je répond favorablement à votre demande. Avez-vous bien un casier judiciaire vide? Si oui, vous êtes nommé dès maintenant Juge à la Cour Suprême.

Bienvenu et je suis content de vous compter une nouvelle fois à mes cotés!

Paul Grisham

Invité


Invité
L'information arrive peut-être tardivement mais les services de police ou de renseignements n'ont trouvé aucun casier judiciaire au nom de Monsieur Güth.

Je me réjouis personnellement de voir que sa candidature a été retenue.

Sam D. Güth

avatar
Personnage secondaire
Je suis très honoré de la confiance que me témoigne le Président Grisham, et suis très touché des encouragements qui me sont parvenus.
Je suis près à me mettre au travail au plus vite, au nom de la constitution et de la justice.

Paul Grisham

avatar
Personnage principal
Parfait, un premier jet du future calendrier électoral vous attend en salle de réunion alors!

Invité


Invité
Messieurs les Juges,

Par la présente, je souhaite faire acte de candidature au poste de Juge à la Cour Suprême afin de mettre mes compétences en droit au service de notre pays. J'ai déjà occupé ce poste par le passé et pu prouver mes compétences.

Etant avocat de profession, je connais de nombreuses thématiques juridiques et je pense que mes capacités seront utiles à la Cour Suprême.

Je jure sur l'honneur que mon casier judiciaire est vierge.

Dans l'attente de votre réponse que j'espère favorable, je vous prie d'accepter mes salutations les plus cordiales.

Mallington, le 22 mai 2014.


EL/ http://federation-armara.forums-rpg.com/t30p100-discutions#8291

Paul Grisham

avatar
Personnage principal
J'en parle rapidement avec Sam. On te tient au courant rapidement! Merci de l'intérêt que tu portes à notre institution en tout cas.

Paul Grisham

avatar
Personnage principal
C'est avec grand plaisir et à l’unanimité des juges que nous t'accueillions à la Cours Suprême Edward. Bienvenue!

Sam D. Güth

avatar
Personnage secondaire
Tout à fait. Bienvenue, cher Mr McRoy

Invité


Invité
Je vous remercie pour votre confiance. Je saurais m'en montrer digne.

Invité


Invité
Mesdames, Messieurs les Juges à la Cour Suprême,

J'ai ouï dire que l'un de vos Juges partait à la retraite. Je souhaite, en conséquence, vous adresser ma candidature au poste de Juge de la Cour Suprême. Par le passé, j'ai en effet occupé la Présidence de cette grande institution, en plus d'autres fonctions au sommet de l'état.

Les mois de convalescence qui ont suivi mon hospitalisation m'ont permis de réapprendre de nombreuses choses. Vous trouverez ci-joint un certificat médical attestant de ma bonne santé physique et mentale, me déclarant apte au travail.

Quant à mon amnésie, je suis prêt à m'entretenir avec l'un d'entre vous pour vous démontrer qu'elle n'altère en rien ma capacité d'analyse et de jugement.

Espérant recevoir une réponse favorable ou un rendez-vous, je vous prie d'accepter, Mesdames, Messieurs les Juges à la Cour Suprême, l'expression de ma haute considération.

Dean K. Horton.

Invité


Invité
La rentrée était chargé pour Edward qui épluchait les nouvelles ordonnances prises par la Présidence Fédérale. On lui apporta la candidature d'Horton et quand il vit la lettre, il écarquilla les yeux. Ni une, ni deux, il la mit à la poubelle.

Il poursuivit son travail, tranquillement. Après une bonne heure, il cessa d'écrire et décrocha son téléphone :

- Georges, pourriez-vous contacter Monsieur Horton s'il vous plait et lui dire de venir ici dans une heure. J'aimerais m'entretenir avec lui.

Invité


Invité
Horton fut sur place à l'heure. Georges le conduisit jusqu'au bureau de McRoy. Il s'assit sur une chaise alors que le Président de la Cour Suprême l'y avait invité.

- Monsieur Horton... Quelle surprise ! J'ai reçu votre lettre. J'ai cru comprendre que vous état de santé s'améliorait.

- En effet, Monsieur McRoy.


Il joignit les mains sans le quitter des yeux. Et d'un ton sec, il ajouta :

- Vous estimez avoir les compétences nécessaires pour travailler ici ?

- Affirmatif, Monsieur.

- Vraiment ? Quelle audace...

- J'ai cru comprendre que l'audace et le volontarisme étaient de grands atouts pour une institution aussi prestigieuse que la vôtre, Monsieur McRoy.

- Assez de flagorneries, voulez-vous. Voyons-voir si vous êtes aussi compétent que vous le dites. Dites-moi donc... quel est l'article qui définit les missions de la Cour Suprême ?


Il eut un regard malicieux, parce qu'il lui posait une question à laquelle il était persuadé qu'il ne répondrait pas.

- Les missions...

Il plissa les yeux alors qu'un sourire satisfait s'étira sur le visage d'Edward. Celui-ci allait asséner le coup de grâce lorsque Dean reprit la parole, sans hésitation :

- L'article III.29.

Le sourire de McRoy s'effaça. Il consultation son exemplaire de la Constitution et se rendit compte que son interlocuteur avait juste.

- C'est impossible... comment avez-vous fait ?

- J'ai profité de ma convalescence pour apprendre par cœur les textes majeurs de notre société.


Horton vit alors les ordonnances sur le bureau d'Edward. Il reprit, impassible :

- Et si l'on tient compte de l'article III.11, aucune des ordonnances promulguées dernièrement ne respecte la Constitution, en cela qu'elles n'ont pas recueilli l'avis de conformité de la Cour Suprême. En outre, si l'on se penche sur la loi... hum... ORD-2015-08-12-04 celle sur le fonctionnement de la bourse et des transactions financières, on peut également voir que l'article 4 permet la cession forcée, par le biais d'une OPA, ce qui contrevient à la Charte des Droits de l'Homme, article 16 et au code pénal. La loi de finances rectificative promulguée par ordonnance contrevient de son côté à l'article 2105 du code économique, qui pose un délai d'un mois maximum pour mettre en place une loi de finances rectificatives. D'ailleurs, en se basant sur les amendements faits sur le code économique et sur son article 2106, une loi de finances rectificative ne peut modifier les taux d'imposition, or, les amendements pris ensuite disent le contraire. Nous avons une contradiction qui va apporter jurisprudence à un moment donné.

McRoy devait bien l'admettre, il était impressionné. La capacité d'Horton a analyser était intacte.

- Vous me bluffez...

- Je ne comprends pas.

- Je dis que vous m'impressionnez. Je suis surpris que le médecin de recommande pas la levée de la tutelle.

- Il a estimé que je n'étais pas encore prêt pour le moment, qu'il me fallait une expérience professionnelle. Alors me voici.

- Pourquoi avoir choisi la Cour Suprême, je ne comprends pas.


Horton resta silencieux pendant quelques instants, puis il sortit un stylo et nota quelque chose sur son carnet. Il le donna ensuite à Edward qui le lut, intrigué. Il finit par hocher la tête, pensif et lui rendit son document.

- Vous n'avez pas besoin d'être aussi théâtral, vous savez.

- Je mets toutes les chances de mon côté.

- Bon... écoutez, je vais examiner votre demande dans les détails. Je vous tiendrais informé dès que j'aurais pris ma décision.

- Bien compris.


Horton se leva et se dirigea vers la porte. Edward lui demanda alors :

- Vous êtes sûr de vous, Horton ?

- Je ne me trompe jamais, Monsieur McRoy, c'est ce que tout le monde m'a dit depuis que je suis sorti du coma. Je suis sûr de moi et je n'ai aucune hésitation dans ma démarche. Je vous remercie toutefois de m'avoir accordé cet entretien, même si vous avez jeté ma lettre dans votre corbeille.


Il sortit, laissant Edward rougir de honte comme un imbécile. Décidément, Horton le surprendrait toujours. Il appela Georges et lui demanda de faire venir les deux autres Juges dans son bureau...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum